Déjà inscrit ? Se connecter

Rivierre, la clouterie du patrimoine vivant


Les seuls clous “made in France

Clou tapissier, semence de cordonnier, clou carvelle, pointe en laiton, crampillon, bossette en acier bleui, clou forgé à tête diamant… Au risque d’enfoncer le clou, cette liste à la Prévert donne un aperçu des mille et une références que fabrique la clouterie Rivierre !

Et encore, c’est un euphémisme : l’entreprise compte 2 800 produits à son catalogue et crée chaque mois de nouveaux modèles. Il faut dire que depuis sa fondation en 1888, près de la gare de Creil, l’usine de Théodore Rivierre a eu le temps de peaufiner son savoir-faire et sa collection.

Allier tradition et modernité

À l’origine de la clouterie, il y a un brevet déposé par un ingénieur des Arts et Métiers, en 1887 : une nouvelle machine offre la possibilité de fabriquer des clous à partir d’un fil de métal, sans perte de matière première.

Théodore Rivierre y voit une opportunité. Et il a raison ! Grâce à ce procédé plus rapide et moins coûteux, il domine ses concurrents. Sous sa direction et celle de sa veuve, l’usine prospère, employant jusqu’à 400 personnes.

Les clous Rivierre s’exportent alors jusqu’en Asie et franchissent l’Atlantique. En 1935, la clouterie quitte le giron familial. Après la Seconde Guerre mondiale, la direction choisit de se spécialiser dans les clous haut de gamme et sur mesure, pour résister face aux productions étrangères. Cette saine décision assure aujourd’hui encore l’expansion de la “marque au lion”.

Nous sommes la dernière clouterie de France. L’usine est d’ailleurs en cours de classement aux Monuments historiques“, révèle Luc Kemp, directeur de Rivierre depuis 2006. “Nous fabriquons des produits traditionnels dans un environnement commercial qui se modernise de plus en plus. Certains de nos modèles sont uniques au monde !

Cet article Rivierre, la clouterie du patrimoine vivant est apparu en premier sur Région Hauts-de-France.

Ambassadeur des métiers

A quoi ressemble votre quotidien ?
Quel a été votre parcours de formation pour accéder à votre poste actuel ?
Quelles sont les perspectives de votre métier ?
Qui de mieux placé que vous pour expliquer aux jeunes les réalités d’un secteur ou d’une fonction ?

Je deviens ambassadeur