Déjà inscrit ? Se connecter

Les cadets d’aujourd’hui sont les gendarmes de demain


Encore lycéens, Brewen et Ugho font partie de la première promotion des cadets de la gendarmerie du Nord. Une expérience aussi enrichissante que formatrice organisée en partenariat avec Proch’Orientation.

« Aider les personnes qui en ont besoin », « protéger la population », « servir mon pays »… Quand on les interroge sur leurs motivations, on ne peut que sentir à quel point Brewen Bernard et Ugho Boeynaems sont animés par la volonté de contribuer à l’intérêt général. Un point commun qui les a menés à enfiler depuis quelques mois l’uniforme des cadets de la gendarmerie.

Découvrir les métiers de la gendarmerie

L’association des cadets de la gendarmerie du Nord a été créée en septembre 2020 pour permettre aux jeunes en service national universel (SNU) de découvrir les métiers de la gendarmerie et ainsi faire naître ou conforter des vocations.
Stéphane Frédéric est trésorier de l’association : « les cadets de la gendarmerie sont une association fondée par des bénévoles de la réserve citoyenne, dont je fais partie, et dont le but est de créer des passerelles entre la nation et l’armée. Les jeunes que nous recevons sont très impliqués. Ils donnent de leur temps pour aider, rendre service. C’est une très belle image de la jeunesse. »

Gendarme, une vocation

« J’ai envie de rentrer dans la gendarmerie depuis la cinquième ! » Brewen est en première au lycée du Hainaut, à Valenciennes : « j’ai toujours eu envie d’aider les gens, c’est pour ça que j’ai voulu effectuer un service national universel. Et quand j’ai vu qu’il était possible de le faire en tant que cadet de la gendarmerie, j’ai saisi l’opportunité ! »
Ugho Boeynaems, 17 ans, en terminale au lycée Ernest Couteaux à St-Amand-les-Eaux, est déjà sur le point de concrétiser son projet professionnel. Après avoir intégré les cadets de la gendarmerie, il a passé avec succès les tests pour devenir gendarme adjoint volontaire : « d’abord, je passe mon bac et d’ici la fin de l’année 2021, j’entrerai à l’école de la gendarmerie pour 12 semaines de formation avant d’intégrer une brigade. J’aimerais intégrer le PSIG (peloton de surveillance et d’intervention de la gendarmerie) pour être au contact des citoyens, puis après un an, je tenterai le concours de sous-officier. »

Une ambition : aider les autres

Le SNU se compose de missions d’intérêt général et d’un stage de découverte professionnelle. « Nous avons par exemple organisé des collectes de biens de première nécessité à destination de femmes et d’enfants victimes de violences intrafamiliales« , raconte Ugho. « Nous avons également rendu hommage à Houlle aux soldats du 110 Régiment d’Infanterie, poursuit Brewen. C’est important d’être présents et de montrer que leur mémoire est portée par des jeunes. »
En juillet, tous deux participeront à un stage immersif. Au cours de cette semaine, ils découvriront l’ensemble des corps de métiers de la gendarmerie, de la brigade cynophile à la lutte contre la cybercriminalité. « C’est une occasion unique de voir des choses qui ne sont habituellement pas ouvertes au public, s’enthousiasme Brewen. On se verra aussi confier des responsabilités, on va gagner en maturité. »

Ambassadeur des métiers

A quoi ressemble votre quotidien ?
Quel a été votre parcours de formation pour accéder à votre poste actuel ?
Quelles sont les perspectives de votre métier ?
Qui de mieux placé que vous pour expliquer aux jeunes les réalités d’un secteur ou d’une fonction ?

Je deviens ambassadeur