Déjà inscrit ? Se connecter

Amiens, haut lieu du cirque en Hauts-de-France


La capitale de la Somme abrite un pôle national modèle sur la thématique du cirque et des arts de la rue. Ses missions : diffuser la culture, créer du lien avec les habitants et former les jeunes artistes.

Amiens et le cirque, c’est une longue histoire. Une tradition fortement ancrée depuis le XIXe siècle et qui, depuis 2011, vaut à la cité picarde de porter l’ambition d’un Pôle national du cirque et des arts de la rue.

L’un des derniers cirques en dur de France

Basé à Amiens, ce pôle s’appuie sur le cirque Jules Verne, construit en 1889 et qui est l’un des rares cirques en dur à avoir échappé aux destructions durant la guerre. Dans les années 1990, il est décidé d’en refaire un vrai lieu de cirque. Depuis, le site et l’activité en elle-même ont retrouvé leurs lettres de noblesse : chaque année, pas moins d’une soixantaine de représentations y sont données. Avec toujours l’idée de présenter des spectacles de création contemporaine. “Mais l’activité, même si elle nous prend énormément de temps, ne s’arrête pas là” témoigne Cécile Duval au nom du pôle de cirque, qui s’implique aussi dans plusieurs festivals d’arts de rue, comme le festival La rue est à Amiens, fondé en 1978 et devenu international depuis.

Développer un réseau de partenaires culturels

Dans le cadre de son opération de diffusion Confluences Nomades, le pôle cultive aussi une vingtaine de partenariats avec des compagnies locales. La plupart sont basées dans le versant sud de la région même si la tendance est à l’ouverture sur l’ensemble des Hauts-de-France. Il co-organise plusieurs événements comme les spectacles courts de Festisis, à Pargny-Filain (02) en juillet, le festival Cirq’Ô Champs de Flers (80) en août ou encore le Festival international des clowns de Tergnier (02), en mars. Un accueil d’artistes en résidence est également assuré dans le “Hangar”, une fabrique des arts de la rue située en périphérie amiénoise.
Mais il ne s’agit pas seulement de monter des spectacles. L’autre dynamique, c’est de “créer du lien, du partage avec les habitants. Voilà pourquoi nous avons aussi souhaité mettre en place des ateliers où chacun peut venir discuter autour du cirque, d’une représentation avec ceux qui la proposent. Cela crée des échanges très enrichissants !”, s’enthousiasme Cécile Duval.

Ici, on forme les futures stars du cirque

Histoire de boucler la boucle, le pôle accompagne également la formation des jeunes. Son école de cirque est dirigée par Nordine Alal, un ancien voltigeur du célèbre Cirque du Soleil. Elle dispense des cours en pratique amateur ouverts à partir de 8 ans, mais aussi – avec l’aide de la Région – une formation professionnelle à proprement parler. A raison de 35h/semaine pendant deux ans, celle-ci est ouverte sur sélection aux titulaires du bac. Une vingtaine de jeunes en sortent chaque année. L’objectif : intégrer ensuite les écoles de cirque les plus prestigieuses du monde. Cette année, la moitié de ces jeunes y sont parvenus !
L’avenir semble donc bien engagé : la pratique du cirque et arts de rue jouit chaque année d’une popularité croissante. À Amiens, au-delà des nombreuses écoles de quartier, accessibles dès l’âge de 4 ans, un collège et un lycée développent même une véritable filière (le lycée La Hotoie propose un Bac L option cirque).

Retrouvez toute la programmation du cirque Jules Verne.

Cet article Amiens, haut lieu du cirque en Hauts-de-France est apparu en premier sur Région Hauts-de-France.

Ambassadeur des métiers

A quoi ressemble votre quotidien ?
Quel a été votre parcours de formation pour accéder à votre poste actuel ?
Quelles sont les perspectives de votre métier ?
Qui de mieux placé que vous pour expliquer aux jeunes les réalités d’un secteur ou d’une fonction ?

Je deviens ambassadeur